Prenez soin de vous en premier

Prenez soin de vous en premier

La première fois où j’ai regardé la vidéo diffusée sur les vols commerciaux pour présenter les consignes de sécurité en cas de situation d’urgence, j’ai éprouvé une réelle confusion en découvrant la consigne invitant les passagers à ajuster leur propre masque à oxygène avant de s’occuper de celui de leur enfant. J’ai bondi intérieurement: « Impossible! » « Comment pourrais-je faire passer ma propre survie avant celle de mes enfants? » Ma réaction (qui a été identique à chaque fois que j’ai pris l’avion depuis) est engendrée par la peur du danger, par un sentiment d’urgence et de panique. C’est précisément ce comportement de panique que cette consigne s’efforce de corriger. Son pragmatisme contre-intuitif est très probablement le fruit des tristes constatations faites par les enquêteurs de cas où un adulte n’avait, dans la précipitation et le manque grandissant d’oxygène, ni réussi à placer le masque sur le visage de l’enfant, ni assuré son propre salut. En se donnant le premier la possibilité de respirer, il aurait augmenté ses chances d’avoir la lucidité nécessaire pour prendre soin de son enfant et des personnes autour de lui.

De la même manière, comment pouvons-nous espérer aider notre famille et nos amis à progresser ou à persévérer dans les activités qui leur tiennent à cœur si nous sommes nous-mêmes fatigués et démotivés? En sacrifiant en permanence notre attention et notre repos à l’urgence que nous créons nous-mêmes dans nos vies, nous risquons d’épuiser nos propres ressources et d’être incapable de soutenir nos proches quand ils en ont réellement besoin. Il y a là l’idée que se déconnecter, savoir dire non, ne pas être présent ou refuser de participer donne à chacun de nos « oui » une force et une valeur particulières. En prenant soin de notre santé et de notre bien-être, en prenant le temps de faire régulièrement le point sur nos intentions, nous créons en nous les conditions favorables à une démarche altruiste durable. Notre bonheur porte alors en lui la possibilité de participer à celui des gens autour de nous.

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someone